Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Direction des Systèmes d'Information
DSI

Netiquette Guidelines

Extrait du RFC 1855 : Netiquette Guidelines (S. Hambridge, octobre 1995)

 

Directives aux utilisateurs  pour le courrier électronique

A moins d'avoir votre propre connexion via un fournisseur d'accès à Internet, renseignez-vous sur la propriété du courrier auprès de votre établissement ou employeur. Les lois sur la propriété du courrier électronique changent d'un endroit à un autre.

A moins d'utiliser le chiffrement de courrier (matériel ou logiciel), vous devez réaliser que la confidentialité du courrier sur Internet n'est pas assurée. Ne mettez jamais dans un courrier ce que vous ne mettriez pas sur une carte postale.

Respectez le copyright (droits d'auteur) sur les informations que vous reproduisez. La plupart des pays ont des lois sur la propriété intellectuelle.

Si vous transmettez ou réexpédiez un courrier que vous avez reçu, ne changez pas la formulation. Si vous divulguez dans un groupe une partie d'un courrier personnel, vous devez d'abord en demander la permission à votre correspondant. Vous pouvez raccourcir le message ou n'en citer que les parties essentielles, mais attribuez toujours les citations à leurs auteurs.

N'envoyez jamais de lettre-chaîne par le courrier électronique. Les chaînes sont interdites sur Internet. Vos droits d'accès au réseau pourront être suspendus. Si vous recevez une chaîne, parlez-en au responsable informatique local.

Un bonne méthode : soyez conservateur dans ce que vous écrivez et tolérant dans ce que vous recevez. Ne répondez pas "à chaud" (on appelle cela des "flambées") si vous êtes provoqué. D'un autre côté, ne vous étonnez pas de recevoir des "flambées" mais n'y répondez pas.

En général, il vaut mieux regarder (au moins) le sujet de tous les messages en attente avant de commencer à répondre. Parfois, une personne qui vous demande de l'aide (ou une clarification) vous a peu après envoyé un message disant "laissez tomber". Vérifiez qu'un message auquel vous répondez vous a effectivement été adressé. Vous pouvez n'être qu'un destinataire secondaire (en copie) d'un courrier.

Facilitez la vie de vos correspondants. Beaucoup de logiciels de messagerie n'affichent pas toutes les informations contenues dans l'en-tête et parmi elles votre adresse de réponse. Pour bien vous identifier auprès de vos correspondants, rajoutez à la fin de votre message une ou deux lignes de coordonnées. Vous pouvez saisir cette information une fois pour toute et l'inclure systématiquement à la fin de vos courriers (certains logiciels ont cette possibilité). En langage Internet, ceci s'appelle une ".sig" ou un fichier de "signature". Votre signature est votre carte de visite (vous pouvez en créer plus d'une en fonction des circonstances). 

Soyez vigilant en écrivant les adresses. Certaines correspondent à des groupes mais ressemblent à des adresses individuelles. Sachez à qui vous écrivez. 

Regardez le champ d'adresses secondaires, les "Cc", en répondant. Ne continuez pas à écrire à plusieurs personnes si la conversation s'est transformée en dialogue. 

En général, la plupart des utilisateurs d'Internet n'ont pas le temps de répondre à des questions d'ordre général concernant Internet et son fonctionnement. N'envoyez pas de courriers indésirables pour demander des informations à des personnes dont vous avez lu le nom dans des RFCs ou sur des listes de discussion. 

N'oubliez pas que les gens à qui vous écrivez peuvent être n'importe où sur le globe. Si vous envoyez un message nécessitant une réponse immédiate, la personne qui le reçoit peut bien être en train de dormir chez elle quand il arrive. Donnez-lui le temps de se réveiller, d'aller au travail et de se connecter avant de supposer que le courrier n'est pas arrivé ou qu'elle ne s'en préoccupe pas.

Vérifiez toutes les adresses avant de vous lancer dans des discours longs ou personnels. Une autre bonne habitude est d'inclure le mot "long" dans le sujet du message. De cette façon le destinataire sait que lire et répondre au message lui prendra du temps. "Long" veut dire plus d'une centaine de lignes.

Sachez à qui demander de l'aide : souvent dans votre entourage. Cherchez autour de vous les personnes qui peuvent vous aider sur des problèmes matériels et logiciels. Sachez aussi à qui vous adresser si vous recevez quoi que ce soit d'inhabituel ou d'illégal. La plupart des sites attribuent l'adresse "postmaster" à l'administrateur de la messagerie électronique, donc vous pouvez écrire à cette adresse pour obtenir de l'aide concernant le courrier.

N'oubliez pas que votre correspondant est un être humain dont la culture, la langue et l'humour diffèrent de la vôtre. Souvenez-vous que les formats de date, les mesures et d'autres particularités locales ne voyagent pas forcément bien. Méfiez-vous surtout des sarcasmes.

 

Écrivez normalement en minuscule. UTILISER LES MAJUSCULES REVIENT À CRIER.

 

Utilisez des symboles pour mettre en valeur. Ceci *est* bien ce que je veux dire. Utilisez les tirets bas pour souligner. _Guerre et Paix_ est mon livre favori.

Utilisez les "smileys" ("souriards") pour reproduire le ton de la voix, mais avec parcimonie.     :-) est un exemple de "smiley" (penchez la tête de côté). Ne pensez pas que l'inclusion d'un "smiley" suffit à tout vous faire pardonner par votre interlocuteur ou lui faire oublier une insulte.

Attendez le lendemain pour répondre à un message passionné. Si vous avez un sentiment très fort concernant un sujet, indiquez-le via une inclusion FLAME ("flambées"ON/OFF.

 

Exemple :

     FLAME ON:
     Cet argument ne mérite pas la place qu'il occupe sur la bande passante du réseau.
     C'est illogique et irréfléchi.
    Tout le monde est d'accord avec moi.
     FLAME OFF

 

N'incluez pas dans le courrier de caractères de contrôle ou des pièces jointes non ASCII, à moins qu'il s'agisse d'annexes au format MIME ou que votre logiciel de messagerie les transforme correctement. Si vous envoyez des messages contenant ce genre de codes, assurez-vous que votre correspondant pourra les lire.

Soyez bref sans être sec. En répondant à un message, citez suffisamment de texte original pour rester compréhensible mais sans plus. Répondre à un message en citant tout l'original est particulièrement déplaisant : enlevez tout ce qui est inutile.

Limitez la longueur des lignes à 65 caractères et terminez-les par un retour-chariot.

Le sujet d'un message devrait refléter son contenu.

Si vous mettez une signature, faites-la courte. La bonne longueur ne devrait pas dépasser 4 lignes. N'oubliez pas que de nombreuses personnes paient leurs communications au temps, et plus votre message est long, plus ils paient.

De même que le courrier (aujourd'hui) n'est pas forcément confidentiel, il peut (aujourd'hui) facilement être l'objet de contrefaçons et de falsifications, à des degrés de détectabilité divers. Faites quelques vérifications de bon sens avant de considérer un message comme authentique.

Si vous pensez que l'importance d'un message le justifie, répondez rapidement et brièvement à un courrier électronique de façon à ce que votre correspondant sache que vous l'avez reçu, même si vous répondrez plus longuement dans un deuxième temps.

Ce que vous attendez de votre correspondant dépend de votre relation avec lui et du contexte de la communication. Les habitudes prises dans un contexte particulier peuvent ne pas être valables en général dans le courrier au travers d'Internet. Méfiez-vous de l'argot et des raccourcis ou "expressions locales".

Le coût de la transmission du courrier électronique est payé en moyenne aussi bien par l'expéditeur que par le destinataire (ou son institution), contrairement à d'autres moyens de communication comme le courrier postal, le téléphone, la télévision ou la radio. Envoyer du courrier électronique à un correspondant peut aussi lui coûter en terme de bande passante, espace disque ou ressources machine. C'est la raison essentielle pour laquelle les messages non désirés ("spams") sont malvenus (et interdits dans de nombreux contextes).

Soyez conscient de la taille des messages que vous envoyez. L'inclusion en documents attachés de larges fichiers tels que les fichiers postscript (ou images, ou format ".doc", etc.) ou les programmes peut alourdir le message, à tel point qu'il ne peut plus être transmis ou consomme des ressources excessives. Une bonne règle est de ne pas envoyer de messages plus gros que 50 Kilo-octets. Utilisez de préférence le transfert de fichiers, ou alors coupez votre fichier en morceaux plus petits et expédiez-les séparément.

N'envoyez pas d'informations dont les gens n'ont pas besoin.

Si votre serveur de messagerie vous permet de faire suivre le courrier, évitez les redoutables boucles. Soyez certain de ne pas avoir fait de renvoi sur de nombreuses machines, afin d'éviter qu'un message qui vous est destiné rebondisse sans cesse d'une machine à une autre à une autre.

Mejdi Bouchlaghem - 16/10/15

Traductions :

    Egalement dans la rubrique

      Contact

      Courriel : dsi@upmc.fr


      Téléphone : 01 44 27 80 30

      Fax 1 : 01 44 27 61 34
      (Aile 33-34 / 4ème étage)

      Fax 2 : 01 44 27 72 06
      (Aile 33-34 / 3ème étage)

       

      Adresse :

      UPMC / DSI

      4, place Jussieu
      75252 Paris Cedex 05
      casier 171

       

      Support :

      https://hotline.upmc.fr

       

      Sécurité des Systèmes d’Information :

      rssi @ upmc.fr